Je m’oralise

|par Luisa Campanile|

Oralisation de Poésie verticale, Roberto Juarroz (éditions Corti)

Accéder à l’enregistrement > Vidéo

Pour accompagner l’oralisation de poèmes, voici quelques exercices de diction, d’adresse et de voix:

I. Exercices de diction à partir du texte de travail

  1. Faire semblant de mâcher en disant le texte. Le but est de détendre tout le pourtour de la bouche.
  2. Ne dire que les consonnes de tous les mots du texte, puis que les voyelles.
  3. Dire le texte comme si vous mangiez un plat délicieux et que vous vous délectiez:
  • Mettre un stylo entre les dents et dire tout le texte (exercice de Démosthène avec des cailloux dans la bouche).
  • Lire le texte à haute voix en variant le rythme : rythme rapide, lent, et accélérations subites.

Pour accompagner ces exercices, il est recommandé de faire des exercices de vire-langue, lesquels peuvent servir d’exercices d’échauffement en soi.

Lire le texte à haute voix en osant moduler la voix : lire dans les aigus (imiter une cantatrice), dans les graves (faire une voix caverneuse telle la voix d’un ours balourd). Afin de trouver le type de résonateur à travailler, il est bon d’oser imiter la nature, des personnages publics, etc.

Penser à enregistrer les élèves pour qu’ils s’habituent à leur voix. Généralement, au début des enregistrements, tout un chacun n’aime pas sa voix. L’enregistrement sert à avoir un feed-back personnalisé et à préciser le type de travail à faire pour améliorer son élocution.

II. Exercices d’adresse

  1. Lire le texte à haute voix en balayant du regard. Les autres participants sont placés sont tout autour du lecteur ou en face comme dans un théâtre à l’italienne. Il s’agit d’habituer  les lecteurs.trices à anticiper et à lever le regard.
  1. Face à face, yeux dans les yeux, se dire des bouts de texte mémorisés. Le but est de regarder le plus longtemps son partenaire sans le lâcher du regard. Il s’agit de dépasser la peur du regard de l’autre.
  2. Serrer son poing comme si c’était un micro et dire le texte dans le poing(micro). Il s’agit d’un exercice de Tomatis qui stimule l’oreille interne.

III. Exercices de voix

  1. Faire sortir le lecteur de la salle et lui faire dire le texte depuis dehors, porte ouverte. Le lecteur doit pouvoir s’époumoner.
  2. Deux par deux, assis dos à dos, une personne lit à haute voix et l’autre écoute.

Par Luisa Campanile, enseignante d’arts dramatiques et auteurs

Je m’oralise