« Voir le poème » ou comment enseigner la poésie par l’image

par Delphine Schifferli, enseignante et chargée d’enseignement à la HEP Vaud (delphine.schifferli@hepl.ch)

Interprétation visuelle d’un haïku, réalisée par un élève de 9-10H

« Que vois-tu lorsque tu lis ces vers ? », me questionne mon enseignante.

Une image vague se crée dans mon esprit – une impression, un ressenti émerge. Puis je relis ces quelques lignes. Le paysage, les contours de personnages et d’objets se dessinent plus précisément. Des couleurs s’ajoutent, ainsi qu’une atmosphère lumineuse. La représentation mentale prend forme, peu à peu. Peut-être sous la forme d’une photographie, d’une image animée, d’une peinture ou encore d’une illustration. Je baigne maintenant dans le poème et peux même me déplacer à l’intérieur du décor, l’observer, m’en imprégner. Une troisième lecture me permettra sûrement de découvrir qui se cache derrière l’arbre, tout au fond de ce jardin ; Peut-être est-ce le poète lui-même ?

L’enseignante, en questionnant ici l’élève, éveille sa curiosité, stimule son imagination, l’invite à faire une interprétation personnelle du poème qu’il a choisi. Puis elle l’aide à identifier métaphores et personnifications, ainsi qu’à utiliser ses divers sens pour accéder plus en profondeur à l’essence des mots et connecter le propos à ses émotions et ressentis. Son ouïe, sa vue sont notamment mobilisés. Il peut alors dire ou lire le poème, l’écouter, le dessiner, le décrire et échanger à son propos avec ses camarades. Le texte prend forme devant ses yeux, teinté d’une manière toute particulière, traduisant l’émotion que l’élève ressent lors de sa lecture.

Comme nous l’ont montré Kitasono Katue ou de Jean-François Bory avec leur poésie concrète et Guillaume Apollinaire avec ses calligrammes, la poésie sait brillamment devenir visuelle. Le lecteur devient alors spectateur et se voit proposer une nouvelle approche du texte, – plus sensorielle, plus vivante.


Et si la poésie se donnait également davantage à voir en classe ?

Voici quelques pistes qui vous donneront peut-être l’envie d’explorer le texte poétique d’une nouvelle manière, notamment en proposant à vos élèves de l’interpréter visuellement.


Création d’une vidéo poétique

Les élèves sont invités à réaliser des productions audiovisuelles traduisant leur interprétation du texte et leurs ressentis face à celui-ci. Pour ce faire, un travail sur la distinction entre sens propre et sens figuré est initié, puis sur l’identification et l’interprétation de figures de style (métaphores, personnifications…). Ce processus de décryptage et de mise en images du texte poétique est accompagné d’un travail sur l’oralisation du poème. Une attention particulière peut alors être portée sur le lien entre l’image et l’expression orale, en particulier sur l’expressivité de la mise en voix. La production visuelle finale peut faire l’objet d’un tournage vidéo, d’un montage photo dynamique, d’une vidéo en stop motion (image par image) ou d’un Draw my life (les élèves dessinent ou animent des objets en temps réel sur un support filmé). Les plus ambitieux pourront même composer leur propre bande-son sur une application dédiée.


Vidéo de Tobias

Vidéo en stop motion réalisée par Tobias D., élève de 9H, au moyen de son smartphone.


Vidéo de Firmin

Montage vidéo sur smartphone et oralisation du poème réalisés par Firmin B., élève de 9H, sur la base de photos libres de droits et d’images filmées par ses soins. L’élève a également composé la musique au moyen de l’application Garage Band.


Ressources complémentaires :


Illustration d’un Haïku

Le Haïku est un court poème japonais, comportant 3 vers de 5 / 7 / 5 syllabes. Un mot lié à une saison, ainsi que deux idées distinctes cohabitent généralement dans ce bref texte. Souvent, sa grande abstraction laisse l’imagination établir les liens entre les mots et concepts, ainsi que générer des images mentales du décor. Il peut ainsi être intéressant de proposer un recueil de Haïku aux élèves, qui pourront choisir un texte à illustrer, soit au moyen de la photographie, soit en peinture, en dessin ou encore à l’encre de Chine.

Pour aller plus loin, une mini-exposition des visuels peut être organisée dans les couloirs de l’école. Et pourquoi ne pas même afficher les textes originaux en regard des œuvres picturales sur les murs, ou encore permettre aux visiteurs de les écouter en ligne, une fois oralisés, grâce à un QR-Code ?



Ressources complémentaires :

You are currently viewing « Voir le poème » ou comment enseigner la poésie par l’image